Ce n'est pas la magie qui importe, mais l'usage que l'on en fait... Venez tester la version française !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 [Règles] Comment faire un FA?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maddalena Rivola
MJ Botanique. Aussi inoffensive qu'un filet du diable déguisé en voltiflor.
avatar

Messages : 2227
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 28
Localisation : à la chasse à l'Augurey

MessageSujet: [Règles] Comment faire un FA?   Lun 9 Mar - 11:29

Comment faire un Fa


Comment écrire son premier RP (aussi appelé FA ) et les autres ?

Enfin ! Vous en aviez rêvé ! Et BeauxBâtons l'a fait ! Votre inscription est désormais validée et votre personnage est enfin en jeu ! D'autres personnages sont autour de vous ce qui veut dire que le moment est venu, vous allez pouvoir vous lancer dans l'aventure et écrire votre premier RP (qui, selon les règles devra compter 200 mots minimum.) !

Avec une certaine excitation, vous cliquez sur l'action "Parler" du menu de gauche. C'est le moment ! Votre grande entrée en scène ! Comme un acteur pour ses débuts sur les planches, votre talent ne demande qu'à éclore et s'exprimer, vous allez...

Vous allez très certainement hésiter, vous demander par où commencer, comment faire au juste. Peut-être même après vous être lancé, avoir trouvé ça mauvais, avoir effacé et recommencé sans oser cliquer le bouton "Envoyer."

L'accompagnement suivant ne vous donnera pas de recette-miracle, il n'en existe pas ! Seule la pratique vous aidera à vous améliorer. Toutefois, rien n'empêche de vous donner quelques pistes pour vous aider à bien débuter.

Nous allons donc détailler ici les six éléments majeurs que l'on est en droit d'attendre pour un RP relativement bien construit et qui donnera envie aux autres de vous lire et de vous répondre.

Premier élément: Le lieu où l'on se trouve (en tenir compte ou l'utiliser)

Citation :
Tel un fantôme, ce qu'il n'était pourtant pas, le jeune Julius avait profité de l'étroitesse d'une ruelle entre deux bâtiments pour se dissimuler dans les ombres juste en face de l'imposante bâtisse que s'avérait être la banque Dentdor. Il fallait dire que le luxueux bâtiment à la façade de marbre ornée de deux dragons lovés d'un air jalousement protecteur sur les solides colonnades intemporelles avait de quoi susciter respect et admiration au point que le petit garçon s'était senti encore plus petit qu'il ne l'était en réalité, avec la sensation d'être écrasé par tant de majesté.

Dans cet exemple, vous aurez sans doute repris un certain nombre d'éléments présents dans la description du lieu où vous vous trouvez. Ce qui compte ici, ce n'est pas tant ce que vous répétez ou empruntez mais l'effet que ces éléments produisent sur votre personnage et par là-même ce qu'un lecteur apprendra à son sujet en vous lisant.

Ici en quelques lignes, on a appris que:

Votre personnage s'appelle Julius (mais bien que ceux qui vous entourent le voient, leurs personnages ignorent votre prénom, ce n'est pas écrit sur son front.)
Il est petit, donc probablement jeune, caractéristique d'un bon nombre de nouveaux arrivants.
Il a préféré se cacher, rester discret, ne pas être vu. Le lecteur se demandera pourquoi.
Il a l'air intimidé, presque effrayé face à la banque, il se sent tout petit...

Est-ce qu'il prépare un mauvais coup ? Est-ce qu'il a d'autres raisons de se sentir ainsi ?
Poursuivons la construction de notre FA pour en apprendre davantage exactement comme le ferait quelqu'un qui vous lira.

Deuxième élément: Une brève description physique (ce que les autres voient de vous)

Citation :

Pour une fois, alors qu'il était loin d'être en pleine lumière, avoir la peau noire lui semblait un atout. Il avait parfois regretté ses origines africaines face à certaines réactions racistes, mais aujourd'hui, il se félicitait d'être encore moins visible qu'à l'accoutumée.
Sans chaussures, il allait désormais pieds nus et même le bas de ses jeans paraissait avoir été lacéré comme aux ciseaux. Une moitié de chemise bleue à carreaux blancs pendait lamentablement du côté droit, juste maintenue par le bouton de manchette, laissant voir des marques de coups sur le côté gauche du torse pourtant finement musclé de Julius. Et que dire de son visage !
La joue droite tuméfiée, l’œil gauche au beurre noir et la lèvre inférieure qui saignait à cause d'une dent cassée...
La journée avait commencé radieuse et puis l'agression était survenue, aussi violente qu'imprévisible et inattendue ! Il n'était pourtant pas petite nature et même solidement bâti pour son âge. Mais ses quatre assaillants ne lui avaient laissé aucun espoir et lui avaient pris jusqu'à ses chaussures de sport toutes neuves, chaussettes comprises ! En emportant une bonne partie de sa dignité par la même occasion...

Bien sûr, il s'agit là d'une dramatisation. Votre personnage n'aura sans doute pas subi quelque chose d'aussi violent et c'est heureux ! Cet exemple vous montre seulement comment on peut en quelques lignes profiter d'une description physique légèrement étoffée pour bien planter une situation.

On va même jusqu'à créer un contraste entre la description postée à votre inscription et à laquelle les autres joueurs ont probablement accès et les changements subis après un événement d'importance comme une agression.

Souvenez-vous, vous devez indiquer dans un FA, tout ce qui se voit, tout ce qui s'entend.
Vous pouvez suggérer tout ce qui se devine, indiquer ce qu'il pense sans aller trop loin.

Dans ce paragraphe, on a appris que:

Notre petit Julius a la peau noire, les cheveux et les yeux noirs
Il porte des vêtements qui étaient neufs mais ont été gravement abîmés.
Il est sale, pieds nus, il a l'air amoché, il saigne, il a pris des coups.
S'il était bien habillé, c'est sans doute parce que la rentrée approche.
Manifestement, il ne prépare pas de mauvais coup à la banque, il a plutôt passé un sale quart d'heure.

On ne vous demandera pas forcément d'en écrire autant mais ce paragraphe de description physique s'avère déjà plus dense et riche que le premier et peut-être ceux qui vont suivre parce qu'il donne aux autres la première impression sur votre personnage, il vous permet de bien le camper dans la situation pour vos lecteurs mais aussi pour vous-même.

S'agissant de la première fois où vous le jouez, il est aussi important pour vous comme pour les autres que votre FA soit riche pour vous permettre de bien entrer dans la peau de votre personnage.
Il vous semblera d'autant plus facile à jouer ensuite.

Mais après une description physique, poursuivons notre portrait... Que ressent Julius en ce moment ? Quelles sont les émotions qui l'animent ? Comment notre héros réagit-il face à l'adversité ? S'agit-il d'un poltron pleurnichard ou plutôt d'un garçon fier et digne mais humilié ?

Nous allons aborder le...

Troisième élément: Un bref portrait moral (votre caractère et votre humeur du moment)


Citation :
En temps habituels, jamais il ne se serait caché de cette façon. Il n'avait jamais eu grand chose à craindre de la vie alors il avait plutôt l'habitude de marcher tranquillement dans les rues, flânant devant les vitrines, profitant du soleil avec insouciance et souriant aux passants.
Mais aujourd'hui... Aujourd'hui, pour commencer, il avait mal ! Il avait bien résisté au début, rendant autant de coups qu'il en avait reçus mais très vite, il avait été débordé et il avait fini par sentir les coups pleuvoir sans plus pouvoir les arrêter.

À un moment, il avait même fait semblant de perdre connaissance mais c'était le moment qu'ils avaient choisi pour le dépouiller de ses affaires. Il était resté là, terré dans l'ombre comme un jeune faon craintif après avoir entendu le coup de feu qui avait tué sa mère.
Les larmes coulaient sans discontinuer de ses yeux bouffis et on n'aurait su dire s'il tremblait de rage ou de terreur encore.

"C'est lamentable ! J'ai l'air d'un elfe de maison ! Mais je ne vais quand même pas passer l'année scolaire ici !"

Ici, on note que Julius:

est un garçon plutôt fier et digne, heureux et insouciant, sûr de lui et sans appréhension
il se soucie de son apparence et du regard des autres
il est raisonnable, pragmatique, aussi malin que possible, il n'essaie pas d'envenimer une situation sans issue, s'efforce de l'abréger en laissant passer l'orage.
il sort évidemment choqué de l'expérience mais cherche tout de même à réagir.

Et c'est bien normal car à présent, on atteint le point de notre FA où le portrait du personnage est dressé dans toutes ses composantes. Vos lecteurs savent à présent bien mieux à qui ils ont affaire.

Cependant, si on le laisse en l'état, votre FA ne suscitera que peu de réactions des autres joueurs. Parce que vous n'avez encore rien fait !

C'est là qu'intervient le...

Quatrième élément: Vos actions

Citation :

Non, décidément, il ne pouvait pas se laisser aller à rester terré comme un lapereau dans une ruelle sombre devenue son terrier de fortune. Après tout, la solution à son désarroi se trouvait là, à quelques pas de l'autre côté de la rue. Dans la banque où ses parents avaient un compte bien fourni. À condition qu'il ose y aller et qu'on le laisse y entrer !

Mais il en avait assez de rester là à se demander comment se tirer de ce mauvais pas, à se sentir minable et désespéré. Alors, il commença par serrer les poings et essuyer rageusement les larmes qui coulaient sur ses joues. Il se força à baisser ses bras qu'il avait instinctivement mis en garde pour les conserver le long du corps mais ne parvint pas à desserrer les poings.
Au prix de ce qui lui parut un effort surhumain, il décolla son dos endolori du mur pour faire un premier pas hors de l'ombre et vers la lumière.
Il sentait des élancements douloureux dans sa jambe et ça lui donnait une démarche claudicante.

Tu parles d'une dégaine ! Il avait vraiment tout l'air d'un clochard peu gâté par la vie et boiteux en prime ! Malgré tout, courageusement, il continua à avancer, finissant par rejoindre l'escalier de la banque après avoir grimacé à chaque pas de sa démarche lente de tortue à trois pattes.

Il savait bien que les trois jeunes gens -sans doute de futurs camarades d'école- qui se tenaient là à bavarder gaiement de choses et d'autres, ne pouvaient pas manquer de l'avoir remarqué à présent, mais lui, toujours honteux de son état, se tenait tête baissée, sans oser les regarder pour l'instant.

Pas de grand discours d'analyse ici, l'action se suffit à elle-même lorsqu'elle est suffisamment parlante et décrite pour être visible comme une scène de film dans l'esprit du lecteur.

À ce stade, on pourrait presque considérer que votre FA peut s'arrêter là.

Vous avez introduit votre personnage, vous avez fait une entrée théâtrale et créé un petit effet dramatique. Vous pourriez en rester là et attendre une réaction des autres joueurs. C'est une école de jeu, cependant, les deux derniers éléments du FA font en sorte d'encourager les autres à vous répondre encore davantage.

Pour commencer, faites entendre votre voix, exprimez-vous ! Des mots assumés valent souvent mieux que des pensées écrites mais gardées pour soi car les autres ne pourront pas y réagir. Ne craignez pas que votre personnage soit qualifié de bavard ! Dites ce que vous pensez ! Pensez ce que vous dites ! (ou pas)

Cinquième élément: Réactions à l'environnement et dialogue ( Pièce maîtresse des interactions)

Citation :
Un moment d'éternité passa où ne régna que le silence de plomb soudain tombé comme une chape sur le petit groupe des trois jeunes gens. Tous les regards fixaient Julius, interloqués, mais personne ne se risqua à lui adresser la parole alors, prenant son courage à deux mains, il releva la tête et commença, hésitant, à leur parler:

"Euh... Bonj... Bonjour. Excusez-moi, est-ce que... Est-ce que vous auriez aperçu trois garçons qui portent des bonnets noirs et qui passent leur temps à jouer avec des yoyos, l'air de rien ?"

Il les avait regardés tour à tour, l'air encore un peu effrayé puis avait poursuivi courageusement:

"Si jamais vous les voyez, méfiez-vous d'eux ! Ils... Ils viennent de m'agresser... Je... Je me suis fait complètement dépouiller ! Je... Vous savez où je pourrais trouver des Auror, un poste de police pour porter plainte ?

Enfin... Avant ça, j'aimerais bien aller à la banque retirer un peu d'argent pour... avoir l'air plus présentable en achetant d'autres vêtements et aussi... mes fournitures. Ma baguette, surtout. Vous croyez qu'ils... qu'ils accepteront de me servir à l'intérieur ? Mais euh... au fait, je m'appelle Julius."

Comme vous le voyez, un premier morceau de dialogue assez bref mais qui résume l'essentiel:

Sur la forme, vos propos prononcés toujours entre guillemets.
La ponctuation joue également un rôle toujours essentiel. Ici, les points de suspension (...) sont un excellent marqueur de l'embarras ou du malaise.
Comme le reste du FA, le dialogue reste aéré. On conserve le principe, un paragraphe= une idée.
Sur le fond, même si on ne détaille pas toute l'agression, on dit à voix haute pourquoi on est dans cet état et dans quel but on est venu ici. On résume donc la situation à ceux qui nous entourent. Cette fois, les personnages entendent et vont donc pouvoir réagir, contrairement aux moments de narration où nous avions donné à lire aux joueurs mais où les personnages ne savaient rien concrètement.
On leur pose des questions, en somme, on cherche de l'aide, c'est un premier élément qui peut pousser à réagir.
Autre élément important à ne JAMAIS oublier: on se présente et on dit son nom. Même si l'interface du jeu nous montre le nom des personnages. De leur point de vue, ça n'est pas écrit sur le front. Se présenter, c'est la meilleure façon d'amener les autres à le faire.
C'est toujours bon de connaître le nom de ses futurs amis... ou ennemis.

Malgré tout, la phase de dialogue peut ne pas suffire à faire réagir les autres joueurs. Certains vous ignoreront.
Qu'il s'agisse d'un choix de jeu assumé parce que leur personnage a mauvais caractère ou bien que ce soit juste parce qu'on n'a pas fait attention à vous, il se peut que vos questions restent sans réponse.

C'est là qu'intervient le dernier élément d'un premier FA bien construit:

Sixième élément: Ouverture aux autres (une conclusion qui donne l'initiative aux partenaires)

Citation :
Il espérait un peu d'aide, des réponses... Ils pouvaient aussi se manifester par le rejet, le mépris, le mutisme... Quoi qu'il arrive, il était bien décidé à entrer malgré tout dans la banque, peu importe son apparence mais au cas où, il lança également comme pour encourager ses interlocuteurs:

"L'un d'entre vous aurait-il la gentillesse de me prêter une robe de sorcier, juste quelques minutes, au moins pour... cacher ma misère ? Je la rendrai aussitôt ressorti, c'est juré et vous pouvez même m'accompagner à l'intérieur pour vérifier ma bonne foi. Je suis prêt à offrir une récompense à qui m'aidera."

Ici, inutile que le paragraphe soit long, on conclut notre FA en laissant les autres reprendre l'initiative, toutefois on tend des perches en leur offrant 3 possibilités d'actions en plus du dialogue:

donner un objet (la robe de sorcier)
se déplacer avec nous
réagir à une autre motivation (la récompense)

Les autres personnages gardent évidemment la liberté de faire tout autre chose mais dans ce premier FA, nous aurons exploité tout l'éventail de nos possibilités en nous ancrant dans le lieu, en nous décrivant physiquement et moralement, en agissant, en parlant et en offrant aux autres des possibilités pour la suite du jeu collectif ou individuel.

Notre premier FA achevé donne ceci:

Citation :
Tel un fantôme, ce qu'il n'était pourtant pas, le jeune Julius avait profité de l'étroitesse d'une ruelle entre deux bâtiments pour se dissimuler dans les ombres juste en face de l'imposante bâtisse que s'avérait être la banque Dentdor. Il fallait dire que le luxueux bâtiment à la façade de marbre ornée de deux dragons lovés d'un air jalousement protecteur sur les solides colonnades intemporelles avait de quoi susciter respect et admiration au point que le petit garçon s'était senti encore plus petit qu'il ne l'était en réalité, avec la sensation d'être écrasé par tant de majesté.
   Pour une fois, alors qu'il était loin d'être en pleine lumière, avoir la peau noire lui semblait un atout. Il avait parfois regretté ses origines africaines face à certaines réactions racistes, mais aujourd'hui, il se félicitait d'être encore moins visible qu'à l'accoutumée.
   Sans chaussures, il allait désormais pieds nus et même le bas de ses jeans paraissait avoir été lacéré comme aux ciseaux. Une moitié de chemise bleue à carreaux blancs pendait lamentablement du côté droit, juste maintenue par le bouton de manchette, laissant voir des marques de coups sur le côté gauche du torse pourtant finement musclé de Julius. Et que dire de son visage !
   La joue droite tuméfiée, l’œil gauche au beurre noir et la lèvre inférieure qui saignait à cause d'une dent cassée...
   La journée avait commencé radieuse et puis l'agression était survenue, aussi violente qu'imprévisible et inattendue ! Il n'était pourtant pas petite nature et même solidement bâti pour son âge. Mais ses quatre assaillants ne lui avaient laissé aucun espoir et lui avaient pris jusqu'à ses chaussures de sport toutes neuves, chaussettes comprises ! En emportant une bonne partie de sa dignité par la même occasion...
   En temps habituels, jamais il ne se serait caché de cette façon. Il n'avait jamais eu grand chose à craindre de la vie alors il avait plutôt l'habitude de marcher tranquillement dans les rues, flânant devant les vitrines, profitant du soleil avec insouciance et souriant aux passants.
   Mais aujourd'hui... Aujourd'hui, pour commencer, il avait mal ! Il avait bien résisté au début, rendant autant de coups qu'il en avait reçus mais très vite, il avait été débordé et il avait fini par sentir les coups pleuvoir sans plus pouvoir les arrêter.

   À un moment, il avait même fait semblant de perdre connaissance mais c'était le moment qu'ils avaient choisi pour le dépouiller de ses affaires. Il était resté là, terré dans l'ombre comme un jeune faon craintif après avoir entendu le coup de feu qui avait tué sa mère.
   Les larmes coulaient sans discontinuer de ses yeux bouffis et on n'aurait su dire s'il tremblait de rage ou de terreur encore.

   "C'est lamentable ! J'ai l'air d'un elfe de maison ! Mais je ne vais quand même pas passer l'année scolaire ici !"

   Non, décidément, il ne pouvait pas se laisser aller à rester terré comme un lapereau dans une ruelle sombre devenue son terrier de fortune. Après tout, la solution à son désarroi se trouvait là, à quelques pas de l'autre côté de la rue. Dans la banque où ses parents avaient un compte bien fourni. À condition qu'il ose y aller et qu'on le laisse y entrer !

   Mais il en avait assez de rester là à se demander comment se tirer de ce mauvais pas, à se sentir minable et désespéré. Alors, il commença par serrer les poings et essuyer rageusement les larmes qui coulaient sur ses joues. Il se força à baisser ses bras qu'il avait instinctivement mis en garde pour les conserver le long du corps mais ne parvint pas à desserrer les poings.
   Au prix de ce qui lui parut un effort surhumain, il décolla son dos endolori du mur pour faire un premier pas hors de l'ombre et vers la lumière.
   Il sentait des élancements douloureux dans sa jambe et ça lui donnait une démarche claudicante.

   Tu parles d'une dégaine ! Il avait vraiment tout l'air d'un clochard peu gâté par le vie et boiteux en prime ! Malgré tout, courageusement, il continua à avancer, finissant par rejoindre l'escalier de la banque après avoir grimacé à chaque pas de sa démarche lente de tortue à trois pattes.

   Il savait bien que les trois jeunes gens -sans doute de futurs camarades d'école- qui se tenaient là à bavarder gaiement de choses et d'autres, ne pouvaient pas manquer de l'avoir remarqué à présent, mais lui, toujours honteux de son état, se tenait tête baissée, sans oser les regarder pour l'instant.

   Un moment d'éternité passa où ne régna que le silence de plomb soudain tombé comme une chape sur le petit groupe des trois jeunes gens. Tous les regards fixaient Julius, interloqués, mais personne ne se risqua à lui adresser la parole alors, prenant son courage à deux mains, il releva la tête et commença, hésitant, à leur parler:

   "Euh... Bonj... Bonjour. Excusez-moi, est-ce que... Est-ce que vous auriez aperçu trois garçons qui portent des bonnets noirs et qui passent leur temps à jouer avec des yoyos, l'air de rien ?"

   Il les avait regardé tour à tour, l'air encore un peu effrayé puis avait poursuivi courageusement:

   "Si jamais vous les voyez, méfiez-vous d'eux ! Ils... Ils viennent de m'agresser... Je... Je me suis fait complètement dépouiller ! Je... Vous savez où je pourrais trouver des Auror, un poste de police pour porter plainte ?

   Enfin... Avant ça, j'aimerais bien aller à la banque retirer un peu d'argent pour... avoir l'air plus présentable en achetant d'autres vêtements et aussi... mes fournitures. Ma baguette, surtout. Vous croyez qu'ils... qu'ils accepteront de me servir à l'intérieur ? Mais euh... au fait, je m'appelle Julius."

   Il espérait un peu d'aide, des réponses... Ils pouvaient aussi se manifester par le rejet, le mépris, le mutisme... Quoi qu'il arrive, il était bien décidé à entrer malgré tout dans la banque, peu importe son apparence mais au cas où, il lança également comme pour encourager ses interlocuteurs:

   "L'un d'entre vous aurait-il la gentillesse de me prêter une robe de sorcier, juste quelques minutes, au moins pour... cacher ma misère ? Je la rendrai aussitôt ressorti, c'est juré et vous pouvez même m'accompagner à l'intérieur pour vérifier ma bonne foi. Je suis prêt à offrir une récompense à qui m'aidera."

Souvenez-vous d'être acteur de vos FAs, libre à vous de rester passif souvent mais pas toujours ! Un bon FA est avant tout un FA qui propose des choses à l'autre en dialogue ou actions pour continuer à jouer ensemble.

C'est ce but premier qu'il faut atteindre et entretenir !

Revenir en haut Aller en bas
MAD
Admin
avatar

Messages : 1318
Date d'inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: [Règles] Comment faire un FA?   Mar 28 Avr - 11:54

Mise à jour :

Un FA doit compter 200 mots minimum et plus 250 comme indiquées dans les règles précédemment (en cours de changement sur les règles IG)



Revenir en haut Aller en bas
http://beauxbatons.harrypotterrpg.fr
 
[Règles] Comment faire un FA?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire un escalier ?
» [TUTO] Comment faire des arbres
» comment faire une haie ?
» Comment faire un rp ?
» Comment faire une bourde [PV : RUBY]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Beauxbâtons :: Section des PJs. :: Annonces et informations :: Règlement IG-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: